Akibou BASSABI MOUSSE, DG BASS CONSULTING « La crise du coronavirus nous a permis d’accélérer l’opérationnalisation des formations online avec Zoom car elles étaient déjà très demandées… »

Akibou Bassabi Mousse, DG de Bass Consulting

La crise sanitaire du coronavirus a interrompu plusieurs activités économiques et professionnelles. Akibou BASSABI MOUSSE, Directeur Général de BASS CONSULTING, Chargé de cours Masters Marchés Publics et Partenariats Publics Privés dans des universités togolaises et nationales au Bénin, répond aux questions de Togo finance & business sur l’impact de cette pandémie sur son business consacré en majorité à des formations.

La Covid-19 a interrompu vos activités en plein essor au cours du mois de mars. Comment résiste votre société face à cette crise sanitaire ?

Elle réagit plutôt très bien car la crise est venue aussi avec son lot d’opportunités. En ce qui concerne les activités, celles prévues en présentiel ont été suspendues comme les formations sur la gestion des projets de systèmes d’information à Lomé et Cotonou, l’audit et le contrôle des marchés publics à Lomé et le management des projets et des marchés publics à Dubaï. Toutes les autres activités du cabinet avancent bien. La crise nous a permis d’accélérer l’opérationnalisation des formations online avec Zoom car elles étaient déjà très demandées par des particuliers surtout qui n’arrivaient pas à payer les frais de formations en présentiel et qui n’étaient pas disponibles les jours ouvrés.

Quelle alternative en attendant la reprise réelle des activités ?

Nous avons déjà programmé des formations en présentiel « spécial pays » car, avec les mesures prises par les Etats pour suspendre les missions hors pays, il fallait faire des activités qui ne pourront accueillir que des participants d’un même pays sur leur territoire (Cotonou pour les Béninois, Lomé pour les Togolais, etc…). Elles seront bientôt lancées car il faut prendre des mesures spéciales pour la sécurité des participants et des intervenants.

Avez-vous une idée des besoins des clients, post-Covid-19 ?

La crise actuelle nous a permis déjà d’accélérer le processus de digitalisation de notre communication (site web amélioré, WhatsApp business, pages Facebook, LinkedIn, YouTube) et les résultats ont été positifs et immédiats. Actuellement nous animons une session de formation en ligne sur les marchés publics (procédures Banque Mondiale, Banque Africaine de Développement et Banque Ouest Africaine de Développement) sur zoom. La quasi-totalité des participants ont eu l’information via ces canaux digitaux, se sont inscrits en ligne, ont payé via le mobile money, ont reçu leurs kits de participations, et suivent le programme en ligne les week-ends avec beaucoup de flexibilité. Nous avons donc des clients que nous n’avons jamais rencontrés physiquement.

Vos solutions et stratégies de relance ?

Les solutions sont déjà venues d’elles-mêmes car aujourd’hui nous avons affiné la segmentation de notre clientèle (particuliers, entreprises et autres institutionnels) et mieux maitrisé leurs besoins afin de mettre en place une communication ciblée, efficace et donc moins couteuse. Nous attendons la levée de certaines restrictions afin de faire les formations dont les organisations étaient déjà entamées avant la crise à Cotonou, Lomé et Dubaï et programmer celles de Paris, Dakar, Casablanca et Abidjan. Tout cela sera soutenu désormais par une stratégie communicationnelle différente de celle avant la crise. Comme j’ai l’habitude le dire, nous n’avons pas le droit de sortir de cette crise comme nous y sommes entrés, c’est valable pour les entreprises et nos Etats.