L’ananas, l’apiculture, l’aquaculture, le karité, le sésame et le soja : les filières les plus porteuses pour promouvoir l’emploi des jeunes

Fruits

Les résultats préliminaires d’une étude portant sur l’identification des filières à fort potentiel de marché et d’emploi ont été rendus publics en octobre dernier à Lomé au cours d’un atelier de consultation. La Banque mondiale, avec un co-financement de la GIZ, a conduit cette étude (toujours en cours) qui vise à appuyer le Togo à évaluer les options d’inclusion économique des jeunes afin d’accroître leurs revenus et créer de nouveaux emplois.

Des analyses quantitatives et qualitatives ont identifié les filières à fort potentiel pour une meilleure inclusion des jeunes notamment l’ananas, l’apiculture, l’aquaculture, le karité, le sésame et le soja.

‘’L’agriculture demeure un secteur à fort potentiel de croissance et d’emploi au Togo. La promotion de chaines de valeur porteuses contribuera à l’intégration de l’offre et de la demande de la main d’œuvre dans le secteur’’, a souligné Mme Hawa Cissé Wagué, Représentante Résidente de la Banque mondiale à l’ouverture de l’atelier en présence de Mme Victoire Tomégah Dogbé, Ministre du développement à la base, de l’artisanat et de la jeunesse.

Les résultats de l’étude ont été ensuite validés par les participants à l’atelier dont des représentants des services techniques, du commerce, des programmes et institutions publiques autonomes, des entreprises, des organisations coopératives et des ONG œuvrant dans le domaine de la promotion de l’emploi des jeunes et agricole.

Pour Madame Victoire Tomégah Dogbé, ‘’la validation des résultats de cette étude est pour nous l’occasion d’initier un dialogue avec les partenaires privés et publics sur l’importance d’une meilleure inclusion économique des jeunes dans des filières agricoles’’.

Le secteur agricole représente environ 40% du PIB et plus de 60% des emplois. Quant à la population active, 58% avaient moins de 35 ans en 2017. La moitié des jeunes en âge de travailler en zone rurale est en situation de sous-emploi. Ceci montre l’importance de promouvoir une meilleure inclusion économique des jeunes dans des filières à fort potentiel afin d’améliorer leurs revenus et de créer de nouveaux emplois.

Renforcer les compétences des jeunes, faciliter l’accès au financement pour le développement des micros, petites et moyennes entreprises dans les filières porteuses, ainsi que stimuler la demande pour les biens et services fournis sont des solutions intégrées face au défi de l’emploi des jeunes au Togo.S