Un lobby de l’énergie organise un webinaire sur le financement de la reprise des marchés africains du pétrole et du gaz

communiques

JOHANNESBURG, Afrique du Sud, 7 mai 2020/ — Conformément à son Agenda du secteur énergétique africain récemment publié, et qui appelle à un soutien bancaire et financier au secteur du pétrole et du gaz, la Chambre africaine de l’énergie (www.EnergyChamber.org) organisera un webinaire explorant le rôle du capital-investissement, de la monétisation du gaz et des producteurs africains de champs pétrolifères marginaux dans la reprise économique après le COVID-19. Le webinaire fait partie de la série Africa Energy et sera organisé par la Chambre africaine de l’énergie en partenariat avec Africa Oil & Power le 15 mai à 12h30, heure de Londres (GMT + 1).

Le webinaire bénéficiera de la participation de Kola Karim, directeur général et PDG de Shoreline Energy International, un important producteur de pétrole indépendant nigérian ; Nyonga Fofang, directeur générale de Bambili Group, une société de capital-investissement axée sur l’Afrique; et Steve Brann, responsable des investissements chez Vitol. Il sera animé par Shawn Duthie, directeur général d’Inyani Intelligence, et James Chester, PDG par intérim d’Africa Oil & Power.

« Nous devons composer avec les nouvelles réalités de notre secteur de l’énergie et il est temps d’explorer des solutions concrètes pour financer et soutenir notre reprise et assurer la croissance future du secteur », a déclaré NJ Ayuk, président de la Chambre africaine de l’énergie. « L’avenir de nos marchés repose sur la mobilisation de capitaux de manière innovante et la structuration d’accords qui fonctionnent pour nos entreprises et notre industrie », a-t-il ajouté.

Les discussions du 15 mai porteront notamment sur le rôle que le capital-investissement peut jouer pour assurer le retour du secteur de l’énergie en Afrique, ainsi que sur les moyens pour les indépendants africains de naviguer dans le climat actuel et de se positionner pour une future reprise. En outre, un point fort sera donné au gaz en débattant de l’avenir du commerce africain et mondial du GNL.

Alors que les marchés mondiaux sont confrontés à une pénurie de liquidités dans les années à venir, la Chambre africaine de l’énergie estime que seules une coopération et un dialogue industriels plus solides peuvent permettre de maximiser les entrées de capitaux en Afrique. Cela nécessite de nouvelles façons de penser et de nouvelles stratégies de financement pour développer les actifs, lancer les projets et faire en sorte que la reprise du secteur se traduise par la création d’emplois locaux et la génération de revenus.